Internat de médecine des Hôpitaux de Toulouse

DES de médecine nucléaire

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.

1) Organisation du service

La médecine nucléaire est une spécialité innovante d’imagerie médicale qui utilise des sources radioactives non scellées dans le but d’étudier la physiologie des différents organes afin de porter un diagnostic. Il existe une multitude de radio-traceurs que l’on peut utiliser en fonction de la pathologie que l’on souhaite étudier, ce qui ouvre des champs d’application très larges. La cancérologie occupe une part importante de notre activité grâce à l’avènement de la TEP au FDG, mais toutes les spécialités d’organe y sont étudiées, la cardiologie, la neurologie, la médecine interne, la gastro-entérologie, la néphrologie, la pédiatrie…

Nous travaillons quotidiennement avec des imageries hybrides (TEP-TDM et Gamma caméra-TDM), ce qui nécessite d’acquérir des connaissances de base solides en sémiologie radiologique.

Souvent appréhendée comme une spécialité purement technique, la médecine nucléaire offre un contact rapproché avec le patient et un lien étroit avec les cliniciens.

La médecine nucléaire est une spécialité qui évolue vite, avec l’arrivée constante sur le marché de nouveaux traceurs et de nouvelles générations de caméras. Aussi la médecine nucléaire possède-t-elle un versant thérapeutique, avec la radiothérapie interne vectorisée, domaine qui prend de plus en plus d’importance avec l’arrivée de nouvelles molécules sur le marché.
Dans le secteur hospitalier, l’accès à l’enseignement et à la recherche est encouragé, offrant des carrières passionnantes. L’accès au secteur privé et aux centres de lutte contre le cancer est aussi facilité par l’accroissement de la demande en examens et l’ouverture de nouvelles caméras, offrant une activité diversifiée et intéressante.

En résumé, la médecine nucléaire est une spécialité de pointe, multidisciplinaire et tournée vers l’avenir.

2) La maquette

3) Les terrains de stage au CHU
Caméra CZT corps entier (Veriton) à Purpan
TEP-TDM à l’Oncopole
4) Les terrains de stage hors CHU
5) Stages hors spécialités et interCHU
Choix libre laissé à l’interne pour les stages hors spécialités, dans le respect de la maquette. Possibilité de réaliser un interCHU.

6) Gardes

Il n’y a pas de garde de spécialité ni d’astreinte en médecine nucléaire. Participation aux gardes aux urgences lors des 4 premiers semestres.

7) Cours de DES

Cours de DES centralisés à l’INSTN de Saclay pour toute la promotion de médecine nucléaire de France, six semaines au 3e semestre et quatre semaines au 5e semestre, avec examens validant.
8) Ambiance entre internes
L’inconvénient de l’internat de médecine nucléaire à Toulouse est que l’on est peu nombreux (1 interne tous les deux ans actuellement) et l’on a une offre large de terrains de stage, ce qui fait que l’on n’est jamais en stage ensemble et que l’on se croise rarement. Mais il y a la possibilité de rencontrer les internes des autres spécialités à l’internat.

9) Avis général

La formation en médecine nucléaire à Toulouse est variée avec des centres de référence ayant une activité de pointe dans leurs domaines. Le choix de la maquette est plutôt libre avec possibilité de réaliser un interCHU facilement. La ville de Toulouse a le meilleur à offrir avec sa vie plaisante, ses environs magnifiques et la proximité de la mer et de la montagne.

10) Contacts

Coordinateur de DES : Pr Frédéric Courbon : Courbon.Frederic@iuct-oncopole.fr

Interne référent : Laurent Guillon : laurent.guillon@outlook.com

Site de l’ANAIMEN : https://www.anaimen.fr