Internat de médecine des Hôpitaux de Toulouse

DES Génétique Médicale à Toulouse

Le site de la Société des Internes en Génétique de France donne de nombreuses
informations sur la formation, les débouchées,… N’hésite pas à le visiter : https://interne-genetique.org

1) L’internat de Génétique Médicale
Tout d’abord, la maquette: 8 semestres, la plupart dans un service de génétique, répartis en 3 phases :

Il y a deux semaines de cours nationaux obligatoires par an, généralement l’une est à Paris début juillet, l’autre a lieu en décembre (à Paris ou dans une autre ville, souvent à Nantes couplée à des consultations simulées). C’est l’occasion de rencontrer des internes de toute la France.

La SIGF a de très bonnes relations avec les associations de seniors et notamment le collège de génétique avec lequel nous collaborons pour l’organisation des semaines de cours.

On peut aussi facilement (mais généralement à nos frais) participer à de nombreux congrès ou séminaires régionaux, nationaux,voire internationaux. Par exemple, chaque mois a lieu à l’institut Imagine (Necker, Paris) le 3e jeudi de la génétique sur différentes thématique où les internes ont l’occasion de présenter des cas cliniques.

2) DIU, Master 2, FST

Il existe de nombreux DIU accessibles pour les internes de génétique en fonction des thématiques qui les intéressent: dysmorphologie, médecine personnalisée, maladies osseuses, maladies mitochondriales, oncogénétique,….

La réalisation d’un Master 2 Recherche dans le parcours d’un interne en Génétique n’est pas obligatoire mais il est vivement recommandé. En effet, la Génétique Médicale est une discipline à la frontière du diagnostic et de la recherche. Dans ce contexte, il est enrichissant de pouvoir se former spécifiquement pendant une année entière aux méthodologies de la recherche.

Il y a 3 FST accessibles:

3) Le service de Génétique Médicale
Le service de génétique de Toulouse est situé à Purpan. Il est divisé en 3 parties:
Le chef de service est le Pr. Cédric LE CAIGNEC. Il y a 8 séniors: 3 ont une activité mixte clinique et biologique (avec une activité clinique plus ou moins en lien avec leur activité moléculaire/cytogénétique), 3 ont une activité clinique, 2 ont une activité au laboratoire. Coté clinique, 3 conseillères en génétique, 1 psychologue et 5 secrétaires complètent l’équipe. Coté labo, il y a 3 ingénieurs, 1 bioinformaticien, ainsi qu’une quinzaine de techniciens travaillant dans les deux secteurs de cytogénétique et génétique moléculaire.

Une partie de l’équipe lors des assises de la Génétique à Tours en janvier 2020: Marion Aubert-Mucca (interne), Sophie Julia (PH), Patrick Calvas (PUPH, coordonateur local), Christelle Garnier (psychologue), Bertrand Chesneau (interne), Delphine Dupin-Deguine (PH), Nicolas Chassaing (MCUPH)

4) L’ambiance entre internes
Nous sommes actuellement 3 internes de génétique à Toulouse, on est donc un tout petit groupe qui s’entend très bien. Il y a environ 20 internes par an en France, soit une petite centaine d’internes en tout en France ce qui fait qu’on se connait vite tous puisqu’on se rencontre aux semaines de cours, congrès, etc. Chaque année, un parrain de promotion est nommé parmi les chefs des différentes villes. Bref la génétique c’est un peu une grande famille dispatchée aux quatre coins de la France.

Le trio d’internes de génétique toulousain au congrès Européen de Génétique à Göteborg (Suède) en juin 2019: Bertrand, Marion et Véronique

La promo 2017, marraine Sandra Mercier (Nantes)

La promo 2018, marraine Sylvie Manouvrier (Lille)

La promo 2019, marraine Annick Toutain (Tours)

5) Le post internat

L’exercice de la génétique est quasi exclusivement hospitalier. Le clinicat ou l’assistanat sont donc des étapes plus ou moins obligatoires. Il y a de nombreuses offres de poste à Toulouse comme ailleurs, pour vous donner un aperçu: https://interne-genetique.org/post-internat/offres-de-poste/

6) L’organisation des gardes et des repos de garde
Vous vous en doutez, il n’y a pas de garde ni d’astreinte en génétique. Les internes participeront normalement au pool de gardes des urgences du CHU pendant leurs deux premiers semestres à partir de novembre 2020. Toujours un repos de garde, pas de problème de ce côté-là.
7) Les interCHU
Un inter-CHU n’est pas obligatoire mais fortement recommandé et donc facilité par le réseau de généticiens créé entre les différents services en France. Certains d’entre nous sont allés à Paris, Bordeaux, Strasbourg, Nîmes, Montpellier,…. Bref tout dépend du projet!
8) La qualité de vie
L’internat de génétique médicale offre une bonne qualité de vie: pas de gardes après la première année, une équipe de travail accueillante quelque soit le secteur, des horaires raisonnables (on travaille un peu plus quand on est en clinique qu’au labo mais comme rien n’est vraiment urgent on peut assez facilement partir plus tôt un soir si on le souhaite), on peut partir tous en même temps à une semaine de cours sans que cela pose un problème,…
9) Coordonnées utiles